Thursday, June 25, 2009

LA MER ET MOI


LA MER ET MOI
Par Lâm Chi Hiêu
Pont 12


Quittant le lycée, je n’aurais jamais pensé que j’allais suivre les pas de mon grand-oncle et de mon oncle, vieux loups de mer laissant leur vie de marin derrière eux, se consacrant à former les jeunes générations à l’Ecole supérieure de la marine marchande.
Imaginez un gamin en “culottes courtes” en contemplation sans relâche de la Mer durant les vacances scolaires à Long Hai, sur une plage privée loin de tout bruit des nageurs, oubliant tout environnement.
En effet, je ne sais comment décrire l’attraction de la Mer en moi. Peut-être le gène hérité de mon granduncle et mon oncle disciples de Neptune.
A moi, la Mer présente toutes ses splendeurs incomparables à tout moment, spécialement lors des levers et couchers de soleil, avec ses multiples couleurs introuvables ailleurs. Oubliant tout, je me lève très tôt ou rentre très tard malgré les grondements de mes si chers parents envoyant les servantes à ma recherché: ”Ou êtes-vous, Câu? Ông Bà di kiêm câu dê an uông do! » etc., afin d’assister aux si beaux levers et couchers de soleil au bord de la Mer. Là, j’aime entendre la douce et unique musique des vagues mourant le long de la plage de sable, une plage privée réservée aux membres de l’Association des Parents d’Elèves des lycées francais de Saigon-Cholon dont mon père fait partie, et afin de voir les baigneurs de loin sous un soleil éblouissant sur une mer argentée.
Là, je laisse mon esprit vagabonder vers l’horizon, vers l’au-delà, vers des contrées inconnues, vers les ports étrangers, vers les destinations inconnues des paroles et histoires de mon grand-oncle, de mon oncle, à chaque fois que je viens les visiter. Je ne pense qu’à la voir et non pas à la recherche des belles sirènes comme les belles dans l’Odyssée de notre célèbre Ulysse de retour de la guerre de Troie.
C’est pourquoi j’ai choisi la Mer au lieu de la médecine ou le droit comme prévu, sitôt nanti du baccalauréat.

Et je suis devenu marin. La Mer m’attire plus que les belles de ce monde, et chaque fois jusqu’à maintenant, j’entends toujours son appel: “Viens à moi, mon chéri et je te bercerai pour l’éternité”, un appel incessant et saisissant, une sorte d’attraction entre homme et femme. Et j’ai suivi les pas de mon grand-oncle et de mon oncle, mais inachevés comme les leurs. Devenu marin nanti des brevets de la marine marchande pour être capitaine, ma carrière de navigateur fut très tôt interrompue par la mobilisation générale. Je ne suis devenu que capitaine en second avec le galon de capitaine, et j’ai du terminer avec le rang de commandant avec le grade final de lieutenant-colonel.


J’ai continué à naviguer dans la marine nationale, mais tout est limité dans la vie militaire. J’ai découvert la Mer sous ses différents aspects, de son calme à ses indomptables furies. J’ai vu la Mer sous ses différentes couleurs, avec des couchers et levers de soleil et de clair de lune, avec de belles étoiles. Ce qui m’a étonné pour toujours est que j’ai découvert une partie de la Mer étrangement éblouissante de toutes les couleurs incroyables le long de la côte de notre pays natal en une nuit de navigation, découverte partagée avec mes marins de quart à cette période, avec l’écran-radar de la salle de timonerie(de navigation) bien clair, sans aucun écho de navire ou de bateau de pêche, et avec des couleurs fluorescentes de toute sorte. Enigme insolvable.
« Je suis fort jalouse de cette passion, me comprends-tu? » me dit ma femme.
En effet, la Mer m’a passionné pour toujours. Je lui appartiens. Avec elle, je retrouve Paix et Consolation…......

Lâm Chi Hiêu

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home